Coups De Poings Dans Le Rétro (chapitre II)

 Les années 60 et 70, l’âge d’or des poids lourds

Entre 1960 et 1978, sur 19 combats ainsi primés, douze d’entre eux voyaient s’affronter deux boxeurs appartenant à la catégorie reine, la catégorie des poids lourds. A cette époque, les figures emblématiques de la boxe se nomment Joe Frazier, Mohammed Ali ou encore Georges Foreman (comme Joe Louis ou Rocky Marciano avant eux) et leurs combats, au-delà de leur intérêt sportif, prennent une énorme dimension socio-politique.

– The rumble in the jungle (1974) :

Ali vs Foreman "The Rumble in the Jungle" (1974)
Ali vs Foreman « The Rumble in the Jungle » (1974)

C’est en 1973, à Kingston, que George Foreman avait infligé sa première défaite à Joe Frazier, s’emparant ainsi de la ceinture de champion du monde des lourds.

Et en 1974, avant le dernier combat de la mémorable trilogie Ali-Frazier, Muhammed Ali avait défié Foreman. Le combat, qui était vu comme le plus grand combat du siècle, aura lieu le 30 octobre 1974 à Kinshasa au Zaïre. George Foreman, qui semble invincible, est le favori des pronostics. Il  détient le titre mondial et reste sur des victoires probantes notamment contre Frazier et Norton. Mohammed Ali, jugé sur le déclin, demeure le plus populaire aux yeux des Zaïrois, qui voient en lui le digne représentant de la lutte pour la cause afro-américaine.

« Le combat va attirer des milliards de fans parce qu’Ali est russe, arabe, juif ! Ali est tout ce que peut imaginer l’esprit humain. Il plaît au monde entier ! Il plaît même à ceux à qui il plaît pas ! Il plaît même aux morts ! »Don King.

C’est la première fois qu’un titre de champion du monde de boxe va se disputer sur le continent africain, et, là encore, ce ne sont pas seulement deux hommes qui s’affrontent. Le combat revêt un fort enjeu politique, tout comme l’a été « Thrilla in Manilla », un an plus tard . Ali cherche donc à se rassurer en ne cessant d’insulter Foreman et en l’humiliant face à son public africain. Ali a été transcendé par le simple fait de se retrouver en Afrique alors que Foreman s’y est toujours senti comme un étranger. C’est l’un des aspects déterminants du combat, Ali aimait traîner avec les musiciens, se mêler à la population, Foreman, lui, évitait les interviews et les conférences de presse. Il vivait reclus avec son équipe et son chien ( Pour la petite anecdote : Foreman avait demandé un billet classe affaires pour son chien. Le président d’American Airlines avait dû intervenir pour que le chien obtienne un billet à son nom) . George Foreman ne comprend pas l’hostilité de la population envers lui :

« Je suis deux fois plus noir qu’Ali, et pourtant les gens ici ne m’acclament pas ! ».

Foreman finit même par se blesser à l’entraînement, et le combat est reporté de cinq semaines. Ali, quant à lui, montrait une incroyable confiance. Au milieu de toute cette agitation, il restait calme, serein. Rien ni personne ne l’énervait, sauf peut-être Don King.

« Ali, Buma Yé ! »

George Foreman prend incontestablement le dessus sur Muhammed Ali qui ne parvient pas à sortir des cordes et est martelé par de nombreux coups puissants. Il encaisse comme un punching ball, et si il a du mal à masquer sa souffrance, il tient bon et harcèle Foreman :

« C’est ton meilleur coup George ? Tu n’as que cela à m’offrir ? Tu es une fillette ! « .

Foreman cogne et Ali encaisse. Mais la boxe de George Foreman repose sur sa capacité à détruire son adversaire en peu de temps, et sur la longueur, il faiblit. Ali, acculé dans les cordes, résiste et sait que la durée du combat joue en sa faveur. A la fin de la 8e reprise, il contre-attaque et assène une série de coups à un Foreman éreinté,  et il envoie le champion du monde au tapis et c’est le KO. La foule est déchaînée ! Muhammed Ali est bel est bien de retour au plus haut niveau et récupère sa ceinture, 7 ans après s’en être vu destitué. L’année suivante il se présentera confiant face à Joe Frazier dans un combat mythique.

 

Muhammed Ali vs Joe Frazier
Muhammed Ali vs Joe Frazier

La trilogie Ali-Frazier reste mémorable dans l’histoire de la boxe, non seulement pour l’opposition de style qu’elle offrait, mais aussi pour les enjeux de société. En effet, la rivalité entre les deux hommes dépassera largement le cadre des rings, une rivalité qui reflétait les deux visages des Etats-Unis. D’un côté l’Amérique noire et libérale qui ne jure que par Ali, et de l’autre l’Amérique blanche et conservatrice qui soutient Frazier, qui pourtant avait , en 1967, Ali qui avait refusé d’intégrer l’armée américaine lors de la guerre du Viêt-Nam.

– Thrilla in Manilla (1975) :

Lorsque Joe Frazier et Muhammed Ali s’affrontent pour la première fois en 1971, ils sont tous deux invaincus. C’est la première fois que le titre de champion du monde poids lourds va se jouer entre deux boxeurs n’ayant jamais connu la défaite. Ce qui fait que leur combat sera rapidement qualifié de combat du siècle. Le combat aura lieu au Madison Square Garden. Suite à un crochet du gauche de Frazier, Ali met un genou à terre, mais se relève. Frazier, dominateur, finit par remporter le combat aux points. C’est la 1ère défaite d’Ali et le début d’une haine farouche entre « The Greatest » et « Smoking Joe ». Deux autres combats, dantesques eux aussi, suivront.

En 1974, le combat revanche a lieu, mais cette fois le titre de champion du monde n’est pas en jeu. Ali remporte la revanche aux points. Jamais l’un de ces deux boxeurs ne mettra KO son ennemi juré.

Leur affrontement le plus mémorable se déroulera finalement en 1975, à Manille. Ce fameux « Thrilla in Manilla » avec quatorze rounds d’une incroyable intensité. Le combat le plus dur, le plus intense, le plus violent et le plus éprouvant de la carrière des deux boxeurs qui iront au bout d’eux-mêmes, et même au-delà. Sa dramaturgie restera inégalable.

Pendant 3 rounds Muhammed Ali, à nouveau champion du monde suite à sa victoire contre George Foreman, prend le combat à son compte, mais laisse place par la suite à la provocation envers Joe Frazier qui lui est focalisé sur le combat et qui, par la même occasion, prend le dessus en le rouant de coups à l’abdomen, au foie et aux reins. Ali semble alors flancher, pénalisé par l’arbitre pour avoir tenu son adversaire par la nuque, et ne fait que subir. Mais le paroxysme de la tension est atteint dans la 14ème reprise, lorsqu’Ali reprend la main, n’arrivant pas à mettre au tapis un Frazier titubant et quasiment aveuglé par une blessure à l’œil.

Les deux boxeurs assis dans leur coin, avant la 15ème et dernière reprise, semblent prêts à abandonner, à la demande de leurs staffs respectifs, inquiets pour leur santé. C’est Eddie Futch, l’un des coachs de Frazier qui jette l’éponge le premier, après que son boxeur n’eut été capable de distinguer le nombre de doigts qu’il lui montrait. Lorsqu’Ali se lève pour fêter son succès, il s’écroule sur le sol, inconscient. Les deux hommes sont allés au bout de leurs efforts. Si proches de s’entretuer dans leur dernier affrontement, leur rivalité s’atténuera au fil des années, malgré une rancœur qui mit du temps à s’estomper dans le cœur de Joe Frazier, jusqu’au décès de ce dernier le 7 novembre 2011.

Joe Frazier, George Foreman et Muhammed Ali
Joe Frazier, George Foreman et Muhammed Ali
Publicités

19 réflexions sur “Coups De Poings Dans Le Rétro (chapitre II)

  1. Frazier était un boxeur sérieux et appliqué au crochet gauche dévastateur, à ma connaissance, contrairement à Ali, il n’a jamais dénigré un adversaire avant un combat, si Ali était si virulent son encontre c’est, je pense, parce qu’il le craignait énormément. Ces deux immenses champions nous ont offert trois combats d’anthologie

    1. Le combat de Manille a été un très beau point final à une rivalité fantastique, ça a été l’un des plus grands combats poids lourd de l’histoire, l’un des plus violent même.

  2. ah la boxe du temps de sa splendeur. Je suis fans de cette boxe des années 50 à 90 et début des années 2000. La boxe d’aujourd’hui n’a plus rien a voir, la preuve les médias et le public s’en désintéressent complètement, c’est dommage.Aujourd’hui on a des mecs qui pense à leur palmarès 0 défaites et le pognon et on n’est privé de très beaux affrontements.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s